Archive dans décembre 17, 2020

Marche des libertés à Paris – l’intention de briser

Il est plus grave de casser une vitrine qu’une personne. Telle est la devise d’une République bourgeoise et de son bras armé qui n’ont pas hésité à blesser et arrêter des manifestants sans même savoir pour quelle raison.

Samedi 12 décembre a été une des manifestations les plus compliquées que nous ayons connues jusqu’alors. Une répression violente, une nouvelle stratégie offensive de la part de la préfecture difficilement comparable avec des évènements précédents. Les prémices d’une vie dans un pays totalitaire.

Plus de 3000 policiers (contre 2000 samedi dernier), entouraient une zone géographique entière, de Châtelet à République. Des dizaines de rues fermées pour y stocker les camions de CRS, les 6 canons à eau rien que place du Châtelet, les barrières anti-émeute et autres engins de maintien de l’ordre. Coté manifestants le nombre était d’au moins 10 000. Un nombre honorable au vu des défections d’organisations dites de gauche et des très nombreux contrôles policiers des manifestant.es visant clairement à les décourager de rejoindre le cortège, certains policiers allant jusqu’à déclarer que la manifestation était interdite alors qu’elle était autorisée. Mais le nombre est clairement insuffisant pour faire face à l’état policier.

Lors du mouvement des gilets jaunes, nous observions ces dispositifs d’ampleur (en particulier le 8 décembre 2018) sans pour autant pouvoir les comparer avec la manifestation de ce samedi : Une manifestation déclarée, rassemblant collectifs, associations, parti politique (le NPA ) descendus dans la rue contre la loi sécurité globale et la loi séparatisme, cette loi moins connue qui vise à établir une ségrégation islamophobe.

Nous avons, depuis la place de Châtelet jusqu’à la place de la République, subi de manière ininterrompue des charges policières violentes et frénétiques complètement incompréhensibles au vu du calme dont faisait preuve le cortège. Et pour cause. Une chose a changé dans le maintien de l’ordre. La police intervenait de façon “préventive” ! Une doctrine que Lallement affectionne et qui lui a en partie valu sa nomination à Paris.

Après avoir rongé son frein pendant quelques semaines, le préfet a pu revenir à sa méthode préférée, et même l’amplifier : les offensives policières se sont intégralement effectuées sur la base d’intentions et non d’actes ou de tentatives d’actes.
Les policiers ont multiplié les arrestations arbitraires sur le simple fait qu’ils estimaient que tel ou tel individu avait l’intention de commettre des dégradations. Ainsi, l’ensemble des personnes qui étaient venues à la manifestation habillées de manière un peu trop sombre, qui avaient combiné masque et capuche, étaient immédiatement prises en chasse par les voltigeurs ou les compagnies d’intervention puis interpellées. Si elles n’avaient pas été interpellées lors des fouilles préventives effectuées avant la manifestation.
Rappelons que l’intention ne peut pourtant aucunement faire l’objet de procédure pénale.
Principe de droit fondamental mais totalement ignoré par les donneurs d’ordre.


Ainsi, pour effectuer ces interpellations au cœur des cortèges sur les personnes qui avaient eu le malheur de mettre un pantalon et un sweat noir, la police chargeait et matraquait au passage des dizaines de personnes qui n’étaient même pas leurs cibles initiales. Souvent d’ailleurs, devant l’impossibilité d’interpeller de par la densité de la foule et le chaos que les charges ont créé, la personne vêtue de noir, la police changeait de cible pour interpeller la personne la plus proche.

Ce genre de charges, il y en a eu des dizaines. Les policiers disposés de chaque côté du cortège, effectuaient plusieurs charges consécutives, de chaque côté du cortège, à intervalle de 5 à 10 minutes. Les manifestant.e.s à minima déboussolé.es, tombaient, se poussaient, couraient, se faisaient matraquer, puis interpeller. Nous avons clairement observé une politique du chiffre et de la terreur ce samedi 12 décembre à Paris. Les policiers ont appliqué à la lettre les volontés de la Place Beauvau révélées dans le Canard Enchaîné du 9 décembre : prendre de gros risques. Assumer les dégâts collatéraux.

De l’avis de tous les témoignages, avec pour preuve les multiples vidéos, la violence a été inouïe, et les dégâts humains du côté des manifestant.e.s, colossaux. La soixantaine de street-medics, dont certains ont été interpellé.es, nous disent ne jamais avoir autant pris en charge de blessures à la tête. Les coups de matraques ont fait apparaître de multiples hématomes, ont ouvert des crânes.

Les interpellations elles, sont à l’image de l’absurdité de la répression. Deux gilets jaunes, mutilées pendant le mouvement et qui font partie du collectif “Les mutilé.es pour l’exemple” passeront une deuxième nuit en garde à vue. Un avocat du collectif “Black robe brigade” relâché plusieurs heures après. Un millitant du comité de sans papiers de Montreuil, interpellé en sortant du cortège. Des membres des Brigades de solidarité populaire qui avaient un cortège lors de la manif, prolongé.es également pour 24h de plus. Quatre journalistes et photos-reporters qui exerçaient leur metier dont un reporter du média QG, qui va passer sa deuxième nuit au poste. Des lycéen.ne.s mineur.e.s. Et beaucoup d’autres qui n’ont pour seul “tort” que de s’être habillé un peu trop en noir.

149 interpellations, 123 gardés à vue qu’on aura privés de liberté pendant 24 ou 48 heures et que pour beaucoup on libérera faute de pouvoir caractériser des faits qui n’ont pas eu lieu. 6 seront emmenés devant le tribunal en comparution immédiate pour des faits comme “groupement en vue”, “outrage” ou “dissimulation du visage”. Des charges qui permettent de condamner sur la base de faux en écriture, d’intentions ou pour avoir simplement porter le masque obligatoire.

L’ensemble des médias “mainstreams” parlent de la réussite de cette manifestation en termes de maintien de l’ordre effectué. De cette nouvelle stratégie gagnante. Ils prennent pour exemple des images de la manifestation sans casse. En effet, la casse n’a pas été matérielle. Elle a été humaine.

Le pouvoir et les médias nous ont confirmé une chose que nous savions déjà depuis longtemps mais que le pouvoir refusait d’admettre de manière aussi explicite. La vie d’une vitrine vaut plus que celle d’un.e manifestant.e. La bourgeoisie capitaliste au pouvoir ne peut se permettre de voir ses privilèges menacés. Que ce soit par la grève ou la casse de ses symboles. Alors elle casse les grèves et les corps.

Samedi, non seulement nos libertés ont été bafouées mais des vies ont été brisées, dans l’indifférence générale.

Texte paru dans “Cerveaux non disponibles