Lettre ouverte de Philippe Duffau, adjoint au maire honoraire de Wittenheim, et ancien candidat LFI, relative à la position de LFI sur le Hamas

Lettre ouverte de Philippe Duffau, adjoint au maire honoraire de Wittenheim, et ancien candidat LFI, relative à la position de LFI sur le Hamas

Par cette lettre ouverte, je tiens à affirmer mon opposition ferme à la position de la direction de LFI, de sa direction et de Jean-Luc Mélenchon et la cour qui l’entoure. Comment ne voient-ils pas la réalité. Le Hamas est une organisation terroriste liée aux Frères musulmans, mouvement religieux et obscurantiste qui n’intègre pas nos principes de laïcité qui reposent sur la liberté de disposer de son corps, sur l’intégrité physique et mentale des personnes, sur la liberté de se cultiver pour acquérir une culture à la fois universelle et critique, sur la liberté de ses choix en matière spirituelle. Par ailleurs, cela caractérise également l’extrême-droite israélienne et surtout les ultraorthodoxes juifs qui sont tout autant obscurantistes.

Les deux peuples palestinien et israélien sont pris en tenaille entre deux intégrismes religieux l’un musulman, l’autre juif.

Le massacre prémédité d’innocents ne peut constituer une voie vers l’indépendance de la Palestine, indépendance qui doit être réalisée selon la résolution 242 de l’ONU en parallèle avec la reconnaissance de l’existence de l’Etat d’Israël. La solution de deux Etats autonomes et indépendants respectant les libertés individuelles et collectives de ses membres est la seule à même d’assurer une paix durable dans la région et d’éviter son extension au-delà du Moyen-Orient.

Certes les mots « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » sont forts mais insuffisants pour caractériser le Hamas, qui est je le répète, un mouvement terroriste et ne représente pas le peuple palestinien. Les pirouettes verbales affirmant que la qualification de « terrorisme » empêcherait l’application du droit international ne sont pas fondées car cette notion y est bien incluse. C’est non seulement une faute morale mais une faute politique de la part des dirigeants de LFI qui fait que son programme fondé sur « L’Avenir en commun » avec les notions d’urgence sociale, démocratique et écologique devient inaudible et ferme la porte à une alternative de gauche à l’extrême-centre macroniste et ultralibéral.

Cela fait un moment que j’avais pris mes distances, sans les exprimer publiquement, à l’égard d’une stratégie qui a fait passer LFI d’un mouvement le plus en phase avec la laïcité et donc sans complaisance avec l’obscurantisme religieux et intégriste de l’islam radical à un mouvement infiltré par la pensée des indigénistes, des décolonialistes, des partisans du wokisme qui met en avant les particularismes contre ce qui nous rassemble, les féministes intersectionnels, les assignations à résidences spirituelles. L’épisode de l’interdiction de l’abaya et du qamis est une démonstration que LFI a trahi le principe de laïcité qui veut qu’à l’école les signes extérieurs d’appartenance à une religion, quelle qu’elle soit, sont interdits. Cela est nécessaire car les jeunes gens accueillis à l’école ne sont pas des sujets pleinement de droit et qu’il faut éviter les affirmations fanatiques des particularités religieuses ou autres. L’erreur du ministre de l’Education nationale est de ne viser qu’une religion. Ce sont autant d’erreurs qui empêchent l’unité des travailleurs, l’unité du peuple en divisant selon des critères de sexe, de genre, d’origine ethnique, de religions.

La longue séance d’opposition à la réforme des retraites a été polluée par des attitudes de certains députés de LFI indignes alors que le contre-projet de réforme du groupe est sans doute le plus cohérent, le plus documenté, le mieux argumenté pour revenir à la retraite à soixante ans. Certains députés de LFI ont préféré sombrer dans la facilité langagière de l’invective contre-productive pour obtenir l’adhésion des citoyens et citoyennes sur leurs propositions. Quel gâchis !

Le manque de vision concernant le conflit israélo-palestinien et le refus de qualifier le Hamas de mouvement terroriste est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Est-il si compliqué de condamner le terrorisme du Hamas et la politique d’occupation coloniale des terres palestiniennes et, dans le même temps, défendre la cause palestinienne dans le cadre d’une solution de paix fondée sur l’existence de deux Etats autonomes ? Il semble évident que les deux États, israélien et palestinien, ne peuvent s’appuyer que sur des principes laïques d’organisation de leur société afin que tous les individus, quelles que soient leurs options spirituelles athées, chrétiennes, musulmanes, juives, ou autre, puissent vivre ensemble.

Je me sens plus proche des députés LFI Alexis Corbières, François Ruffin et Rodrigo Arénas qui n’hésitent pas à exprimer des divergences sur cette question du terrorisme avec J-L Mélenchon, à se démarquer de la direction et à refuser les ambiguïtés de cette dernière.

En attendant, que la direction LFI reprenne ses esprits, je me mets en retrait ou, plus précisément, sommeil du mouvement que je ne reconnais plus par rapport à 2017. Retrouver ses esprits signifie renouer avec l’esprit de laïcité non dévoyée par l’adjonction de termes du type fermée, ouverte ou encore tolérante qui en détourne le sens profond, signifie renouer avec les principes universalistes qui n’interdisent pas la singularité des individus, signifie l’association du combat social et du combat laïque. La France insoumise s’est éloignée de cette vision qui faisait son originalité et sa force.

Philippe DUFFAU, le 15 octobre 2023, adjoint au Maire honoraire de Wittenheim et ancien candidat LFI aux législatives de 2017

Print Friendly, PDF & Email
Total Page Visits: 6233 - Today Page Visits: 22
Redacteur

2 commentaires

Hestin Publié le9:54 am - février 4, 2024

Bonjour, après la lettre ouverte de Duffau, avez vous donné un droit de réponse à LFİ? Ce serait un minimum.

    Rédaction de L’Alterpresse68 Publié le11:03 am - février 4, 2024

    Bonjour. Ceci est un espace de publication libre et non éditorialisé ouvert aux lecteurs du journal, ainsi que mentionné ici : https://club.alterpresse68.info/pourquoi-un-blog-des-contributeurs-dalterpresse68
    Si un représentant de LFI tenait à s’exprimer sur le sujet, ou à formuler une réponse à M. Duffau, libre à lui de la soumettre à la rédaction. Il sera évidemment publié, dans la mesure où le texte échange bien des arguments, et non des invectives.

Laisser un commentaire